Enseignements

Le bureau miroir de la culture d'entreprise

Outre un relatif consensus autour des évolutions observées, on note une grande diversité des points de vue relatifs à la culture d’entreprise, qui est plus segmentante encore que les âges, contrairement aux idées reçues, même s’il est vrai que globalement, les aînés sont plus attachés à leur « cadre de travail », alors que les jeunes (trentenaires) sont plus ouverts au décloisonnement et à l’ouverture liés au mode collaboratif, n’ayant jamais connu que l’openspace. Pour autant, aucune des personnes interrogées ne mentionne spontanément la culture d’entreprise à laquelle il appartient, car le plus souvent, celle-ci est inconsciente, et son mode de travail représente la norme « universelle ».

L'accompagnement au changement

La forte mobilité des grandes entreprises nécessite des politiques d’accompagnement au changement qui n’ont plus rien à voir avec la gestion de déménagements : les directions immobilières, aidées des Directions des ressources humaines et juridiques, jouent un rôle croissant dans l’articulation des temps longs et des temps courts de ces mutations à fort impact social.

L'espace de travail et l'espace au travail

Atrium | Hall - Modern architecture interiorParmi les types d’entreprises approchées, on note une forte disparité du rapport entre les surfaces occupées par les salariés en fonction de la taille des entreprises, c’est finalement dans les PME (entre 30 et 90 personnes) que les salariés ont le plus de place, donc ni dans les TPE, ni dans les grandes entreprises (y compris grosses PME de plus de 200 personnes). C’est aussi dans les entreprises de taille moyenne que le bien-être au travail est le plus souvent perçu.

> En savoir plus sur la mobilité et les aménagements.

Le bien-être au travail

Woman's arm dangling from armchairLes collaborateurs sont peu interrogés sur leur bien-être, sauf modalités précises liées à la politique de santé (médecine du travail) ou initiatives isolées des ressources humaines dans les très grosses entreprises. Ce sont donc les directions générales et les directions immobilières qui décident de la totalité des questions liées à l’implantation, l’environnement et l’aménagement des bureaux, y compris dans les PME.

La notion de bien-être au travail est très personnelle et doit plutôt être envisagée sous l’angle global de la qualité de vie (personnelle et professionnelle) même si le type d’entreprise et de management a une influence sur le ressenti. Le brouillage des frontières entre vie professionnelle et vie privée conduit à rechercher une harmonie qui englobe l’ensemble des facettes de la vie d’une personne : vie professionnelle, familiale, sociale (cf. concept américain de Work Life Harmony). Cette quête de bien être dépasse largement les aspects rationnels liés à l’aménagement fonctionnel des bureaux. Cette tendance est certainement aussi une conséquence de la perception accrue de dissociation liée à l’usage massif des nouvelles technologies.

> En savoir plus

La ville comme cadre de référence

businessman looking at cityLa ville reste le cadre de référence au sein duquel s’organisent les codes sociaux mais aussi la détente, le commerce pour l’ensemble des collaborateurs interrogés. Face à cela, 3 stratégies :

– soit les entreprises choisissent globalement de recréer une ville dans la ville, avec le modèle des campus ou l’intégration d’un maximum de services.
– soit le lieu de travail est stimulé par l’apport d’activités humaines valorisantes pour le groupe (orchestrées, où les modalités de l’être ensemble sont définies) et où l’immeuble devient une composante claire de la Cité : espace de travail, espace de vie, bureaux, jardins, tiers lieux…
– soit les entreprises qui n’ont pas les moyens ni l’espace disponibles décident de faire entrer la ville au bureau : animations, expositions, soirées, rencontres, conférences…

> En savoir plus

Les spécificités lyonnaises

Les temporalités, liées au temps de présence sur le lieu de travail
Les horaires de travail entre les Lyonnais et Franciliens diffèrent sensiblement, avec des journées qui débutent en province à 8h30 en moyenne, contre 9h30 en IDF. Les temps de déplacements influencent fortement ces variations.

Une fierté d’appartenance à l’entreprise plus forte à Lyon
Les salariés invitent, montrent et exposent parfois sur leurs lieux de travail.
L’entreprise veut se donner les moyens d’être de plus en plus attractive vis à vis de ses différents publics, généralement par une valorisation de son siège social, qui doit devenir une vitrine « concurrentielle »